Shmuel Zygielbojm, Polonais, socialiste, juif, martyr (Nathan Weinstock)

 11.80

Le 11 mai 1943, dĂ©sespĂ©rĂ© par la passivitĂ© des AlliĂ©s face Ă  l’extermination des Juifs en Pologne, le socialiste polonais juif Shmuel Zygielbojm, reprĂ©sentant du Bund au parlement polonais en exil, se donne la mort Ă  Londres.
Nathan Weinstock, avocat et enseignant belge, traducteur de yiddish, a reconstituĂ© l’histoire tragique de Shmuel Zygielbojm dans une sĂ©rie de documents publiĂ©s en 1996 et 1997, que nous avons regroupĂ©s pour les rendre accessibles aux jeunes (et moins jeunes) gĂ©nĂ©rations qui assistent avec effroi et colĂšre Ă  la rĂ©Ă©dition de l’annihilation du Ghetto de Varsovie et de l’extermination des Juifs de Pologne qui se dĂ©roule sous les yeux du monde Ă  Gaza et dans le reste de la Palestine occupĂ©e, commis par ceux qui se prĂ©tendent les hĂ©ritiers des victimes du nazisme tout en utilisant ses mĂ©thodes, et que nous appellerons les sionihilistes.

Collection REPRINT/RÉÉDITION
Le prix de vente de cet e-book est de 11,80€, dont 4€ iront au Croissant rouge palestinien et 4€ à la Maison de la culture yiddish à Paris

Effacer
  

Shmuel Zygielbojm Ă©tait nĂ© dans une famille ouvriĂšre en 1895 Ă  Borowica, dans la voĂŻvodie de Lublin, Ă  250 km au sud-est de Varsovie), en 1895. Élu en 1924 au comitĂ© central du Bund, Union gĂ©nĂ©rale des travailleurs juifs de Lituanie, de Pologne et de Russie (Algemeyner Yidisher Arbeter Bund in Lite, Poyln un Rusland), un parti socialiste crĂ©Ă© en 1897, il parvient Ă  fuir la Pologne en traversant clandestinement l’Allemagne nazie en janvier 1940. De Belgique, il fuit en France aprĂšs l’occupation puis arrive Ă  New York. En mars 1942, il va Ă  Londres, oĂč il devient membre du Conseil national, le parlement polonais en exil. Comme Ă  New York, tous ses efforts pour mobiliser les AlliĂ©s contre l’extermination en cours des Juifs en Pologne s’avĂšrent inutiles : le 11 mai 1943, il se donne la mort.

Dans une lettre au président et au Premier ministre polonais en exil, il écrivait :

La responsabilitĂ© du crime d’extermination totale des populations juives de Pologne incombe en premier lieu aux fauteurs du massacre, mais elle pĂšse indirectement sur l’humanitĂ© entiĂšre, sur les peuples et les gouvernements des nations alliĂ©es qui n’ont, jusqu’ici, entrepris aucune action concrĂšte pour arrĂȘter ce crime ; Je ne peux ni me taire ni vivre lorsque les derniers vestiges du peuple juif, que je reprĂ©sente, sont tuĂ©s. Mes camarades du ghetto de Varsovie sont tombĂ©s les armes Ă  la main, dans leur derniĂšre lutte hĂ©roĂŻque. Je n’ai pas eu la chance de mourir comme eux, avec eux. Mais ma place est avec eux, dans leurs fosses communes. Par ma mort, je souhaite exprimer ma plus profonde protestation contre l’inaction avec laquelle le monde observe et permet la destruction du peuple juif. Je suis conscient du peu de valeur de la vie humaine, surtout aujourd’hui. Mais puisque je n’ai pas pu y parvenir de mon vivant, peut-ĂȘtre que ma mort sortira de leur lĂ©thargie ceux qui peuvent et qui doivent agir maintenant, afin de sauver, au dernier moment possible, cette poignĂ©e de Juifs polonais qui sont encore en vie.

*

« … Zygielbojm Ă©tait accablĂ© par l’immense responsabilitĂ© que son organisation lui avait fait endosser et souffrait le martyr en raison de l’inaction du monde libre Ă  une Ă©poque oĂč une rĂ©action immĂ©diate Ă©tait impĂ©rieuse. Il se trouvait en proie aux mĂȘmes sentiments tragiques que ceux que nous avons Ă©prouvĂ©s au cours de la rĂ©volte des 63 jours Ă  Varsovie,

« Lorsque le ghetto s’est insurgĂ©, les derniers espoirs de Zygielbojm se sont Ă©vanouis avec les flammes qui ont consumĂ© le “quartier juif”. Zygielbojm m’a dit que les leaders juifs devraient aller Ă  Downing Street et se suicider ensemble devant la rĂ©sidence du Premier ministre britannique pour attirer l’attention du monde sur la destruction des Juifs polonais. Il Ă©mettait cette idĂ©e de maniĂšre tout Ă  fait sĂ©rieuse, mais il s’est rapidement rendu compte qu’il serait restĂ© seul. Alors il a limitĂ© le projet Ă  son propre suicide. Il m’en a parlĂ©. J’ai tentĂ© de le calmer et de le convaincre que mĂȘme si les Juifs de Pologne Ă©taient dĂ©truits par les assassins nazis, il n’en subsisterait pas moins un mouvement des travailleurs polonais (le PPS). Je lui ai dit : “Vous y aurez une place ; vous serez plus qu’un camarade, vous serez un frĂšre !”.

“Oui, je le sais.”, dĂ©clara Zygielbojm, “mais ce ne sera pas la mĂȘme chose”. J’ai tentĂ© ensuite de le convaincre qu’il existait encore un mouvement ouvrier juif en AmĂ©rique qui Ă©tait proche du Bund et qu’il y trouverait sa place. “Oui, je le sais”, rĂ©pondit Ă  nouveau Zygielbojm, “mais ce ne serait pas la mĂȘme chose”. Il pouvait uniquement imaginer sa vie en Pologne, parmi les travailleurs juifs de Pologne : c’Ă©tait un Juif, mais un Juif polonais. La Pologne Ă©tait sa patrie. Il ne voulait pas vivre Ă  l’extĂ©rieur de la Pologne, en dehors de son milieu juif polonais et des luttes et des espoirs du Bund. »

Adam Ciolkosz, leader du Parti Socialiste Polonais, 1963

E-book

11.80€

Il n’y a pas encore d’avis.

Ajouter un Avis

Soyez le premier Ă  laisser votre avis sur “Shmuel Zygielbojm, Polonais, socialiste, juif, martyr (Nathan Weinstock)”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

UGS : ND CatĂ©gorie : Étiquettes : , , , , ,
Updating…
  • Votre panier est vide.